Zukunftwerkstatt: clap de fin des saisons 2 et 3

Par Noushine Dorrani

Le 27 janvier 2021 se tenait la dernière conférence de la deutsche französische Zukunftswerkstatt orchestrée par la Konrad Adenauer Stiftung en partenariat avec l’Institut français de Bonn. Celle-ci clôturait les saisons 2 et 3 de ce cycle de conférences lancé en mai dernier. Modérées par Charleen Florijn puis par Andreas Noll, elles réunissaient des experts débattant pendant 45min pour traiter une problématique posée, tout en répondant aux questions des spectateurs. Parmi eux, la Denkfabrik, porte-parole de la jeunesse européenne. Cinq mois après le compte-rendu de la première séance, il s’agit de dresser un bilan général.

Après une 3ème saison réussie, la Zukunftswerkstatt –l’atelier du futur– referme ses portes. Depuis septembre, il aura accueilli une quinzaine d’invitées, de bricoleurs, qui auront su contribuer, à travers sept conférences, à l’esquisse de l’Europe de demain. L’avenir de la démocratie européenne, des relations internationales ou encore de la mondialisation ont été pensés dans ce fond de garage, ce petit atelier, qui a pris en importance au fil des séances, grandissant avec le nombre de spectateurs.

A chaque rendez-vous, la DenkFabrik a représenté la voix de la jeunesse, et a cherché à orienter le dialogue sur les jeunes européens, sur ceux qui s’engagent pour l’Europe, mais aussi sur ceux qui la subissent : la jeunesse qui est née avec les améliorations permises par l’UE, qui les perçoit comme acquises, et ne voit que les éventuels inconvénients. Alors, comment faire grandir un sentiment d’appartenance européenne chez une jeunesse qui profite bel et bien de l’Europe, mais sans s’en rendre compte ? Comment impliquer cette jeunesse dans le débat européen ? Encore une fois, il n’existe pas de mode d’emploi, de tutoriel pour apporter une réponse à ses questions. Il s’agit d’identifier des motifs, des facteurs, des causes. Identifier précisément les éventuels obstacles pour mieux les éliminer.

Cinq mois après la première séance de la saison 2 de la Zukunftswerkstatt, l’atelier du futur et ses bricoleurs n’ont pas apporté de réponse précise aux grandes questions qui définissent l’avenir, ils n’ont pas non plus établi de mode d’emploi du futur, et n’ont pas fabriqué de maquette en papier mâché du monde dans dix ans. Cinq mois après la première séance de la saison 2 de la Zukunftswerksatt, l’atelier du futur a cependant permis le dialogue autour de thèmes cruciaux, et a surtout été un facteur de réflexion sur la manière de dessiner l’avenir et la direction dans laquelle aller.

Alors, il convient de remercier chaleureusement l’Institut français de Bonn, la Konrad Adenauer Stiftung ainsi que tous les acteurs de la Zukunftswerkstatt qui rendent possible le débat et que nous espérons revoir pour une 4ème saison, lorsque que l’atelier du futur réouvrira ses portes.

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart